dernières nouvelles

Des membres de l’OSCE détenus par des séparatistes pro-russes

L’OSCE s’est dite “extrêmement préoccupée” dimanche après l’arrestation de certains membres de sa mission dans les territoires séparatistes pro-russes d’Ukraine.

• Lisez aussi : EN DIRECT Deux mois de guerre en Ukraine

• Lire aussi : Les femmes et les enfants ukrainiens sont plus vulnérables à la traite des êtres humains

• Lire aussi : L’ONU appelle à un cessez-le-feu “immédiat” à Marioupol

Peu après l’invasion russe du 24 février, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a évacué plusieurs centaines d’observateurs de dizaines de pays qui surveillaient le cessez-le-feu depuis 2014.

Toutefois, des personnels ukrainiens restent en place, dont “un certain nombre sont détenus à Donetsk et Lougansk”, a-t-elle regretté l’OSCE sur des tweets, disant “utiliser tous les canaux disponibles pour faciliter leur libération”. Aucun autre détail n’a été fourni.

Les services de sécurité séparatistes de Lugano, cités par l’agence publique russe TASS, ont annoncé les 11 et 14 avril avoir arrêté deux membres de la mission de l’OSCE.

La même source a indiqué le 22 avril que l’un d’eux avait « avoué » avoir transmis « des informations militaires confidentielles à des représentants de services spéciaux étrangers ». Une enquête a été ouverte contre lui pour “haute trahison”.

Le parquet séparatiste de Donetsk lui a indiqué avoir ouvert une enquête pour “espionnage” contre “plusieurs” personnels de l’OSCE soupçonnés de recueillir et de transmettre des “secrets d’Etat” du renseignement ukrainien, notamment des vidéos révélant le statut d’unités militaires séparatistes. .

Suite à la non-reprise de sa mission internationale d’observation, bloquée par Moscou fin mars, les autorités séparatistes ont ordonné à l’OSCE d’y mettre fin avant le 30 avril.

Basée à Vienne, en Autriche, l’organisation est au plus fort de la guerre froide depuis sa création en 1975 pour promouvoir le dialogue Est-Ouest, et compte actuellement 57 États membres, dont des pays de l’OTAN et ceux en orbite russe.